Salvatore Adamo

Álbum: Zanzibar

Lista de canciones del disco Zanzibar
  1. Zanzibar
  2. Eve de mon rêve
  3. J'te lâche plus
  4. 20 ans
  5. Tant d'amour qui se perd
  6. Mon voisin sur la Lune
  7. Et le temps s'arrête
  8. O monde
  9. Un air en fa mineur
  10. Douceur
  11. Ne t'en va pas
  12. Priscila modèle
  13. Toi et moi, jour aprés jour
  14. Mon douloureux Orient
Éste álbum fue editado en 2003. Salvatore Adamo

O monde

Assis au bord du temps
A la lisière du monde
Je regarde passer les gens
Qui défilent à la ronde

Je regarde passer la vie
J'ai l'humeur vagabonde
Et je pleure, et je ris
De seconde en seconde

D'abord je vois tout ce qu'on sait depuis des millénaires
On chante dans les palais on pleure dans les chaumières
Dans les palais on mange du caviar à la louche
Dans les chaumières on se sentait l'eau à la bouche

Je vois des escrocs qu'on accueille partout comme des stars
Et des pauvres gars en taule pour un loyer en retard

Tout au fond d'une impasse un junkie agonise
Son dealer, lui, se prélasse en gondole à Venise

Je regarde le monde
Il est triste ou marrant
De seconde en seconde

Au bout de ma lorgnette
J'en vois de toutes les couleurs
Je vois des choses un peu bêtes
Et d'autres qui font peur

Je vois des pays où l'homme fait des folies de son corps
Mais la femme adultère est lapidée à mort
Imaginez que chez nous on impose la vertu
Qu'on ne puisse même plus rire de nos histoires de cocus
Je me vois sous la pluie abandonné trempé
Courant vers un taxi qui me file sous le nez
Non seulement ma belle m'avait posé un lapin
Mais je la vois passer dans la Roll's d'un rupin

Ô monde, monde, ne m'en veux pas
Mais je me sens mieux loin de toi
Ô monde, monde, excuse moi
Mais je ne comprends plus tes lois

Je me tiens loin du monde
Et pourtant je l'entends
La violence qui gronde

Je vois des malins qui se battent à la sortie des stades
Et des petites vieilles qu'on agresse pendant leur promenade

Je vois une épouse qui comme chaque soir se prend un pain
Son mari s'est saoulé, il n'a pas trouvé de turbin

Je vois des nations qui se tapent dessus depuis toujours
Des gosses qui à coup de pierres veulent chasser des blindés

Je vois le général entouré de sa cour
Qui explique au journal sa petite guerre du jour.

Je vois le petit soldat dans le froid dans la boue
Qui ne comprend toujours pas où mène ce jeu de fous.